6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 16:12
Le secret du mari de Liane Moriarty

...

Quatrième de couverture :

Jamais Cecilia n'aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l'enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : «À n'ouvrir qu'après ma mort.» Quelle décision prendre ? Respecter le voeu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité au risque de voir basculer sa vie ?

Tous les maris - et toutes les femmes - ont leurs secrets. Certains peuvent être dévastateurs.
Best-seller aux États-Unis, ce roman, intense, pétillant et plein d'humanité, allie habilement suspense et émotion pour marquer son lecteur d'une empreinte durable.

 

Mon avis : 

Le côté très américain de certains romans me gêne un peu parfois. Cela a été le cas avec celui-ci et pourtant je l'ai aimé.

Les personnages sont tous bien étudiés, on s'y retrouve avec les problèmes d'enfants, d'ado, de couple. C'est la vie tout simplement.

Pas si simplement que ça quand même puisqu'il y a ce fameux secret du mari dont toute l'histoire va découler. Et ce n'est pas rien...

Une écriture fluide et facile à lire ce qui ne gâche rien.

Je retrouvais mon livre avec plaisir et c'est déjà bon signe.

Mon billet ne déborde pas d'enthousiasme mais c'est tout à fait ça, j'ai bien aimé et c'est tout.

 

  Livre issu de ma

    

 

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 12:11
La valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guenassia

...

Quatrième de couverture :
Auvers-sur-Oise, été 1890. Marguerite Gachet est une jeune fille qui étouffe dans le carcan imposé aux femmes de cette fin de siècle. Elle sera le dernier amour de Van Gogh. Leur rencontre va bouleverser définitivement leurs vies.


Jean-Michel Guenassia nous révèle une version stupéfiante de ces derniers jours.

Et si le docteur Gachet n'avait pas été l'ami fidèle des impressionnistes mais plutôt un opportuniste cupide et vaniteux ? Et si sa fille avait été une personne trop passionnée et trop amoureuse ? Et si Van Gogh ne s'était pas suicidé ? Et si une partie de ses toiles exposées à Orsay étaient des faux ? ...

Autant de questions troublantes que Jean-Michel Guenassia aborde au regard des plus récentes découvertes sur la vie de l'artiste. Il trouve des réponses insoupçonnées, qu'il nous transmet avec la puissance romanesque et la vérité documentaire qu'on lui connaît depuis Le Club des incorrigibles optimistes.

 

Mon avis : 
Grosse déception pour ce livre que j'ai choisi d'après le nom de son auteur. J'avais beaucoup aimé  La vie rêvée d'Ernesto G.  et j'étais même à la limite du coup de cœur.

Ici c'est tout le contraire car j'ai vraiment peiné à le terminer. 
Tout est long, lent et sans beaucoup de surprise si ce n'est le parti pris de l'auteur de nous raconter la mort de Van Gogh d'une façon différente.

J'ai bien aimé la description des toiles du peintre qui est vraiment très réaliste.
J'ai bien aimé les petits intermèdes d'actualités de l'époque ou les extraits des lettres de Vincent Van Gogh à son frère.

Pour le reste je n'ai pas accroché, il m'a manqué un certain rythme dans cette histoire même si j'ai retrouvé une écriture que j'aime.

J'en attendais trop... sûrement.

 

Merci aux Editions Albin Michel

 


       Catégorie couleur

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai aimé un peu
commenter cet article
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 16:20
Tu comprendras quand tu seras grande de Virginie Grimaldi

...

Quatrième de couverture : 
Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu'à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu'elle ne déborde pas d'affection pour les personnes âgées. Et dire qu'elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.


Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d'imaginer qu'on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au coeur brisé... Et si elle n'avait pas atterri là par hasard ? Et si l'amour se cachait où on ne l'attend pas ?

C'est l'histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.

C'est une histoire d'amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur.

 

Mon avis : 
J'avais très envie de lire ce livre car il se passe dans une maison de retraite, elle est toute petite (21 résidents) par rapport à celle dans laquelle je travaille (un peu plus de 400 résidents). 

Comme d'habitude j'aime les livres qui parlent des personnes âgés, c'est un public qui me touche particulièrement.
Ici j'ai souvent eu le sourire aux lèvres, j'ai même ri, mais j'ai aussi eu le cœur serré.

Sous des allures d'histoire plutôt légère on découvre au détour des lignes des phrases très profondes sur la vie, sa durée, la vieillesse, l'amour...

Les personnages sont tous chouette même Léon le grincheux.

Je me suis régalée, dommage qu'il se lise aussi vite.

Mon seul bémol sera la surprise qui arrive à la fin du livre... elle ne m'a pas trop convaincue.

Une plume très agréable pour Virginie Grimaldi que j'avais découverte avec Le premier jour du reste de ma vie

 

 

  Livre prêté par une
   de mes collègues
      Merci Marion !

       

 


       Catégorie phrase

 
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai beaucoup aimé
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 19:12
Désolée, je suis attendue d'Agnès Martin-Lugand

..

Quatrième de couverture : 
Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d'affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l'adrénaline est son moteur.
Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s'inquiètent de son attitude.
Peu lui importe les reproches qu'on lui adresse, elle a simplement l'impression d'avoir fait un autre choix, animée d'une volonté farouche de réussir.

Mais le monde qu'elle s'est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé.

 

Mon avis : 
Je ne pensais pas particulièrement lire ce livre si tôt et puis... je l'ai offert à ma sœur et puis... elle l'a adoré et sa fille aussi et puis... je l'ai acheté pour moi ! 
Et j'ai bien fait car j'ai retrouvé la plume de l'auteur avec grand plaisir.

Yaël est carriériste à outrance, elle n'a que le travail dans sa vie mais elle est (se croit) heureuse ainsi.

Yaël est aussi touchante qu'énervante. On a envie de l'aider mais aussi de lui faire regarder la vérité en face. Et quand on croit qu'elle est sur la bonne voie... les habitudes reviennent au galop.

Un roman rythmé avec des personnages sympathiques, des relations amicales sincères, mouvementées et profondes.

Amitié, amour, humour parfois, un très bon roman que j'ai dévoré en un week-end à peine (bon en fait je l'ai acheté le samedi après-midi et terminé le dimanche soir...).

Sans aucun doute je lirai le prochain roman d'Agnès Martin-Lugand.

 

  Livre issu de ma

    


   Catégorie ponctuation

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai beaucoup aimé
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 18:53
Le premier jour du reste de ma vie de Virginie Grimaldi

...

Quatrième de couverture :
Marie a tout préparé pour l'anniversaire de son mari : décoration de l'appartement, gâteaux, invités...

Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris «un aller simple pour ailleurs».
Pour elle, c'est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière pour faire le tour du monde.
À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois déjantées, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par cet étonnant voyage.

 

Mon avis : 
Dès le début j'ai eu un doute sur ce roman, je me demandais si j'allais l'aimer car il me rappelait un roman déjà lu  dont je ne me souviens plus du titre, ce n'est peut-être qu'une impression.

La quatrième de couverture résume parfaitement le roman et j'ai passé un très bon moment. 

C'est une lecture plutôt légère mais pas en permanence. Certains passages sont également émouvants.

Marie, Anne et Camille sont très différentes mais des liens solides se tissent entre elles assez rapidement. Je me suis laissée embarquer à bord de ce navire de croisière et je ne le regrette pas. Cela donnerait presqu'envie de tout lâcher pendant un certain temps pour se ressourcer ainsi ! 

Si vous le croisez au détour d'une librairie ou d'une bibliothèque, n'hésitez pas !

 

 Livre issu de ma

    

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai beaucoup aimé
commenter cet article
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 18:21
L'enfant de Bruges de Gilbert Sinoué

...

Quatrième de couverture : 
Bruges, 1441.

Arborant un air mystérieux, l'index posé sur les lèvres, Jan Van Eyck avait chuchoté : Petit, il faut savoir se taire, surtout si l'on sait.

Qui pouvait se douter alors que, derrière la recommandation du maître flamand, se cachait le Grand Secret ?
A travers les brumes de flandre et la luminosité éclatante de la Toscane, un enfant de treize ans va se retrouver confronté à une effroyable conspiration. Un monde occulte, empli de ténèbres qu'il lui faudra affronter avec l'innocence pour toute arme.
Pourquoi veut-on sa mort ? Que sait-il qu'il n'aurait jamais dû connaître ? Pour quelle raison des peintres de génie, des apprentis, des orfèvres, des penseurs, des architectes sont-ils la cible de meurtriers invisibles ? Quels sont les fils mystérieux qui les relient entre eux et les tirent insensiblement au bord de l'abîme ?


Autant de questions auxquelles l'enfant de Bruges devra s'efforcer de répondre s'il ne veut pas disparaître à son tour dans la nuit.

 

Mon avis :
Avec cette histoire j'ai vraiment eu l'impression de me retrouver à Bruges au XVème siècle. 

J'ai aimé retrouver l'ambiance de ce milieu de la peinture même si je n'y connais pas grand chose.

Mystère, suspense, meurtres, cavalcades, enlèvement.... Un livre sans temps mort dans lequel j'ai été vite embarquée.

La relation du peintre Van Eyck et de son fils adoptif est vraiment très touchante.

Seule la fin m'a paru un tout petit peu rapide.

 

Livre du groupe de lecture
 avec mes copines
 

       

 


       Catégorie lieu

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 17:44
Les désorientés d'Amin Maalouf

...

Quatrième de couverture :
Dans Les Désorientés, je m'inspire très librement de ma propre jeunesse. Je l'ai passée avec des amis qui croyaient en un monde meilleur. Et même si aucun des personnages de ce livre ne correspond à une personne réelle, aucun n'est entièrement imaginaire. J'ai puisé dans mes rêves, dans mes fantasmes, dans mes remords, autant que dans mes souvenirs.

Les protagonistes du roman avaient été inséparables dans leur jeunesse, puis ils s'étaient dispersés, brouillés, perdus de vue. Ils se retrouvent à l'occasion de la mort de l'un d'eux. Les uns n'ont jamais voulu quitter leur pays natal, d'autres ont émigré vers les États-Unis, le Brésil ou la France. Et les voies qu'ils ont suivies les ont menés dans les directions les plus diverses.

 

Mon avis : 

Voici mon 1er coup de cœur roman de 2016, enfin ! Je commençais à désespérer.

Pas facile de parler de ce livre très riche et très dense.

L'auteur est membre de l'Académie Française mais cela ne doit pas vous faire peur car son écriture est très abordable, très agréable et fluide.

Comme l'auteur le précise dans la quatrième de couverture ce livre n'est pas vraiment une autobiographie et pourtant il est fortement inspiré de ce qu'il a vécu dans sa jeunesse. Pour se situer un peu il faut savoir que l'auteur est né à Beyrouth.

J'ai aimé Adam, le personnage principal, avec ses doutes, ses peurs, ses regrets. A l'occasion d'un retour imprévu dans son pays il entreprend de rassembler ses amis de jeunesse. Ils sont de religions différentes, ils ont vécu dans différents pays du monde ou sont restés dans leur pays d'origine.

L'auteur nous fait découvrir la vie de chacun et chacune, les relations passées et présentes entre les uns et les autres.

Cette jeunesse passée a tissé des liens forts entre eux, petit à petit Adam va les recontacter tour à tour.

C'est un livre fort et puissant, avec des moments poignants, très émouvants mais aussi d'autres plus légers avec une pointe d'humour.

Une très belle découverte ! 

 

 

 Livre prêté une amie

     Merci Véro B. ! 

       

 


       Catégorie gros mot

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai adoré
commenter cet article
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 17:37
La lettre oubliée de Nina George

...

Quatrième de couverture : 
Jean n'est pas un libraire comme les autres. Avec sa «pharmacie littéraire», il prescrit des livres pour guérir les maux de l'âme. S'il connaît le remède pour les autres, il n'a pas encore trouvé le sien.
Quand Manon l'a quitté, 21 ans plus tôt, elle lui a laissé pour toute explication une lettre qu'il n'a jamais eu le courage d'ouvrir. Depuis, sa vie s'est arrêtée. Mais son destin bascule le jour où il découvre le terrible secret de Manon.
Pour Jean, c'est le début d'un long périple au pays des souvenirs, en plein coeur de la Provence : son voyage vers la renaissance.

 

Mon avis : 
Voici un livre qui apparaît léger au premier abord. Pour finir il ne l'est pas tant que ça car il est question d'une vie bouleversée par une lettre non lue et découverte plus de vingt ans plus tard. 

La plume de l'auteur (ou celle de la traductrice...) est agréable.

J'ai vraiment aimé tout ce qui a trait à la librairie-péniche de Jean, à sa façon de choisir un livre pour une personne. Il soigne admirablement bien "les petits sentiments qui ne sont pas reconnus comme des maux" p.35

Jean s'est forgé une armure suite au départ de Manon, c'est une lettre oubliée qui va bouleverser sa vie, lui faire prendre "la route" et pourquoi pas lui redonner goût à la vie.

Les personnages sont attachants, variés, blessés et tourmentés, chacun d'entre eux va changer durant cette histoire.

J'ai beaucoup aimé le début de cette histoire mais le voyage de Jean est un peu long, un peu trop pour moi, je suis allée au bout sans déplaisir mais le début de ma lecture me laissait présager un avis plus enthousiaste.

 

Livre du club de lecture
  avec mes copines

       

 


        Catégorie objet

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai moyennement aimé
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 18:44
A toi pour l'éternité de Daniel Glattauer

...

Résumé : 
Par hasard, Judith rencontre Hannes dans un supermarché. Quelques jours plus tard, il entre dans sa boutique de luminaires. Hannes est architecte, il est craquant, le gendre dont rêve toute belle-mère. Les amies de Judith tombent sous le charme.

Mais pourquoi Judith n’arrive pas à se laisser aller et à profiter de cette occasion ?

 

Mon avis : 
Judith et Hannes - Hannes et Judith. Tout le monde s'accorde à dire qu'il est parfait cet homme rencontré par hasard au supermarché.

Il l'est effectivement au premier abord mais rapidement il s'avère qu'il est très, trop présent voire étouffant, il est très, trop prévenant. Bref tout est un peu "trop" chez lui.

Judith a l'impression d'étouffer mais personne n'est de son avis.

J'ai aimé ce livre car il m'a surprise, je ne me souvenais pas du tout de ce que j'en avais lu au moment de sa sortie et je n'ai pas relu le résumé avant de le commencer.

Une histoire bien menée, une écriture alerte, une tension sous-jacente, l'auteur a bien mené sa barque.

 

  Livre issu de ma

    

 


    Catégorie lettre isolée

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 18:09
On regrettera plus tard d'Agnès Ledig

...

Quatrième de couverture :

On regrettera plus tard

Cela fait bientôt sept ans qu'Éric et sa petite Anna Nina sillonnent les routes de France. Solitude choisie. Jusqu'à ce soir de juin, où le vent et la pluie les obligent à frapper à la porte de Valentine. Un orage peut-il à lui seul détourner d'un destin que l'on croyait tout tracé ?

Avec la vitalité, l'émotion et la générosité qui ont fait l'immense succès de Juste avant le bonheur et Parc avec lui, Agnès Ledig explore les chemins imprévisibles de l'existence et du cœur. Pour nous dire que le désir et la vie sont plus forts que la peur et les blessures du passé.

 

Mon avis : 
C'est l'occasion qui fait le larron comme on dit ! Un petit séjour en Bretagne chez ma sœur et j'en ai profité pour lire, que dis-je dévorer, son exemplaire de ce roman.

Je savais que j'allais l'aimer et que j'allais y retrouver les ingrédients qu'Agnès Ledig dispense dans ses histoires : Amour, amitié, tendresse, humanité et espoir malgré les difficultés de la vie.

Encore une belle histoire, touchante et qu'on lit sans avoir envie de s'arrêter tout en voulant le déguster plus longtemps. 

Vivement le prochain !

De cet auteur j'ai déjà apprécié Juste avant le bonheur , Marie d'en haut et Pars avec lui

 

Livre prêté par ma sœur
  Merci Véro ! 

       

 

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai beaucoup aimé
commenter cet article

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

Le dimanche des mères
    de Graham Swift      
 

Opération Napoléon
  de Arnaldur Indridason          
   (livre audio)                                                              

 

 

         

Sur Facebook :          
Les pages de lecture de Sandrine        
     

Emprunts à la bibliothèque

Romans
Le dimanche des mères     
    de Graham Swift

 

BD

L'été diabolik
    de Smolderen & Clerisse

 

DVD

Hippocrate  
Boomerang  

 

 

 

Challenges en cours

    

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture