4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 23:05
La mariée mise à nu 

Quatrième de couverture :
Une femme disparaît, laissant un journal intime qui relate son mariage au quotidien. Pour tous ceux qui la connaissaient, elle incarnait l'épouse parfaite, heureuse et épanouie ; mais son journal révèle frustrations et désirs inassouvis....

Un roman d'une vérité troublante sur le couple, la sexualité et les relations homme/femme.

Mon avis : 
"On" m'avait vanté une lecture.... un peu osée. "On" m'en a tellement parlé que je l'ai emprunté à la bibliothèque, ceci dit cela tombait bien puisque le mardi de Stephie arrivait à grands pas.
Ce livre est divisé en courts chapitres qui ont pour titre des maximes d'une autre époque : "Les jeunes femmes ont le devoir d'être propres et ordonnées", "Le devoir d'une épouse est de faire du foyer de son mari un lieu empli de bonheur".  Ces petites phrases m'ont lassée au bout d'un moment car il y en a quand même 138 et du coup je ne les lisais plus.
Les chapitres s'enchaînent bien mais au contraire de ce qu'annonce la 4ème de couverture je ne pense pas avoir appris grand chose sur la vie de couple ni sur les relations homme-femme. Cette lecture m'a donc paru longuette et j'ai un peu accéléré le mouvement par endroit. 
Les pages "chaudes" de ce livre ne sont pas inintéressantes mais pour finir on en revient toujours aux mêmes choses, rien de bien novateur sur le sujet !!! Ces passages sont concentrés vers le milieu du livre et il faut quand même attendre 190 pages pour les découvrir, c'est malgré tout ce qui me permet de participer à ce fameux Mardi c'est permis.

Ce livre a donc été une déception et il sera sans doute vite oublié.

PS :"On" c'est Canel !

Livre emprunté à la 
     images.jpg
Le premier mardi

 

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai aimé un peu
commenter cet article
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 23:05

Valérie organise depuis peu un challenge : Ecoutons un livre, c'est un rendez-vous  le 16 de chaque mois sur un thème donné (que nous ne sommes pas obligés de suivre).

Je vais donc y participer pour le mois de mars, le thème est la rentrée littéraire de septembre 2012.

Pour cette première participation je serai "un peu" à côté de la plaque puisque je particperai avec des nouvelles de Maupassant ! 

Ecoutons un livre

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans Challenge
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 23:05
Train bleu train noir Quatrième de couverture :
1943... 1993. À cinquante ans d'intervalle, deux trains quittent Marseille et font route vers le nord.
1993. Un train bleu, bouillonnant de cris, de rires et de chants, emmène un millier de supporters marseillais vers Munich où leur club sera sacré champion d'Europe.
1943. Un long train noir, pétrifié par la torpeur et l'angoisse, achemine plus de mille six cents habitants des vieux quartiers de Marseille au camp de Compiègne. 

Puis pour la plupart, ce sera ensuite Drancy et le camp d'extermination de Sobibor.
1943. Bert, Miche et Jo font partie du sinistre convoi et l'ombre du long train noir va les hanter toute leur vie. 
1993.

Bert, Miche et Jo sont à nouveau du voyage, mais le foot semble aujourd'hui assez loin de leurs préoccupations... Et ces trois P38 planqués dans le wagon font-ils vraiment partie de la panoplie du parfait supporter de l'OM ? Que cherchent-ils ?
Derrière le mystère de ces trois honorables papys, surgissent les ombres du passé et une terrible interrogation qui plane sur les raisons de la destruction des vieux quartiers en 1943. Nettoyage des bas-fonds autour du Vieux-Port ou juteuse opération immobilière, l'histoire officielle a parfois bon dos ! 

Mon avis : 
En général j'aime bien les histoires qui alternent les époques au fil des chapitres et ce livre n'a pas fait exception à la règle.
Bien évidemment les passages se déroulant en 1943 ne sont pas des plus gais mais j'ai aimé découvrir ce qui était arrivé aux trois personnages principaux durant la guerre. C'est vraiment très bien raconté et parfois assez poignant, on sent que l'évocation de leurs souvenirs est douloureuse.
J'ai regretté de ne pas pouvoir entendre l'accent marseillais en lisant ce livre mais parfois on l'imagine assez bien.
Je ne vais pas parler du voyage de 1993 car ce serait révéler l'intrigue du livre, en revanche je peux dire que l'auteur réserve une surprise à ces lecteurs et je ne m'y attendais pas.

Cela faisait assez longtemps que ce livre attendait dans ma PAL, il a poussé un ouf de soulagement quand je l'ai choisi . Je ne regrette pas mon choix car j'ai aimé ce moment de lecture. 

Livre issu de ma
 imagesCAFSFWL3.jpg
Petit bac 2013
         Catégorie objet
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 23:05
Edlyn Quatrième de couverture :
Edlyn a sept ans. Elle vit avec sa famille sur l'île d'Yeu, son père est marin. Il est autoritaire, souvent méchant, et ses séjours en mer laissent sa fille un peu mélancolique. Lorsqu'il part avec le bateau, elle le guette toujours du même endroit de la côte. C'est là qu'un beau jour elle fait la rencontre d'un petit garçon très particulier... 

Mon avis : 
Voici une jolie histoire un peu triste.
Edlyn est toute mignonne mais elle a peur de son papa quand il rentre de ses séjours en mer car il n'est pas tendre avec sa famille. Cette petite Edlyn est très attachante, elle se promène beaucoup sur la côte et se fait un nouvelle ami rencontré lors de ses escapades. On ne sait pas très bien qui il est ni où il habite.

J'ai beaucoup aimé le dessin des paysages de bord de mer et l'ambiance de cette histoire. En revanche je n'ai pas aimé la police de caractères employée pour les bulles.

J'ai aimé l'explication de toute cette histoire qui arrive à la fin de la BD et j'ai passé un bon moment de lecture (rapide mais agréable).

 

Les avis de La Sardine, Antigone et Allie.

BD empruntée à la
    images.jpg
Challenge régions
Challenge des régions
     Pays de la Loire
Challenge des îles
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 23:05
Ce que je peux te dire d'elles Quatrième de couverture : 
Un matin, très tôt. Le téléphone sonne. Blanche n’aime pas ça : les coups de fil au petit matin n’annoncent jamais rien de bon. Cette fois, pourtant, c’est une bonne nouvelle : Violette a accouché dans la nuit d’un petit garçon. Blanche est bouleversée : elle ne savait même pas que sa fille était enceinte. Et puis un garçon, le premier au bout de cette lignée de filles, quelle histoire…
Dans le train qui la mène de Toulouse vers 

Paris, le trac au cœur, Blanche relit les carnets de moleskine destinés à Violette où, remontant le temps, elle a essayé de se souvenir de tout, tout ce qu’elle peut lui dire d’elles. Mais Violette l’attend-elle encore au bout de ce chemin à la fois heureux et cabossé ?
Portés par une écriture ultrasensible, où sous l’apparente douceur du cocon familial gronde la violence des sentiments, on est entraînés dans l’histoire de Blanche, celle de quatre générations de femmes, des années 1950 à nos jours. De la minuscule bicoque d’un petit village des Pyrénées aux ateliers de la maison Balaguère, haute couture, à Toulouse, Blanche recrée ce petit monde que les accidents de la vie, et certains choix, ont rendu presque exclusivement féminin.
Il y a d’abord Anna, la grand-mère, qui a élevé ses trois petites-filles, Angèle, Justine et Babé, tôt privées de mère. 
Angèle, la mère de Blanche, la magnifique, brillante et si fragile Angèle, journaliste à La Dépêche du Midi ; Justine l’indépendante, la féministe, la couturière aux doigts de fée qui, partie de rien, va créer sa propre maison et devenir la coqueluche des élégantes Toulousaines ; la douce et vaillante Babé, pilier de cette famille bien peu conventionnelle dans laquelle grandit Blanche. Sans père [...] mais avec trois mères, avant de devenir, à son tour, la mère sans homme de Violette…
Chaleureux et coloré comme une promenade dans la Ville rose (ou comme une collection de Justine…), le roman de cette tribu de femmes émancipées avant l’heure explore avec autant de tendresse que d’acuité toute la complexité des liens maternels.
 

Mon avis : 
Globalement j'ai passé un assez bon moment avec ce livre, les sujets abordés sont ceux d'une époque un peu révolue : émancipation, contraception mais d'autres toujours d'actualité, histoire de famille, de mères, de sœurs, de deuil.
L'écriture de l'auteur est agréable et les pages défilent sans difficulté.
Ces femmes sont toutes différentes, un passé commun les rassemblent et le lien qui les unit est vraiment fort.
Vers le milieu du livre j'ai eu une impression de longueur, je me suis demandé si elles allaient 
se sortir de leurs problèmes et pourtant je ne pouvais quand même pas les quitter. 

Le petit plus c'est la couverture que j'aime beaucoup et qui est vraiment en rapport avec une partie de l'histoire.

Livre reçu dans le cadre de Masse Critique
         Merci Babelio ! 

Challenge régions
Challenge des régions
      Midi-Pyrénées 

                                Masse critique janvier 2013

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai moyennement aimé
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 23:05

Stephie a repris ce rendez-vous qui nous propose de découvrir un auteur chaque mois. En mars elle nous propose un auteur jeunesse : Guillaume Guéraud, je ne le connais pas du tout, ce sera donc une vraie découverte.

Rendez-vous le 24 mars !

Guillaume Guéraud

Voici le titre que j'ai choisi et déjà emprunté à la bibliothèque.

Je ne mourrai pas gibier

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans Challenge
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 23:05
La-Marie-en-plastique.jpg Résumé : 
Avec cette savoureuse histoire, La Marie en plastique, Pascal Rabaté et David Prudhomme nous emmènent en excursion, chez les Garnier. Une famille française ordinaire où le rôle de chacun est bien distribué, les conflits bien rodés, où tout le monde est bien à l'abri d'une quelconque surprise. Et voilà qu'une niaise bondieuserie en plastique jette le trouble dans ce tranquille foyer et fait virer tout à à l'aigre. Doux Jésus, sainte Vierge ! On est vraiment bien peu de chose... 

Mon avis : 
Première grosse déception BD depuis que je découvre ce genre de lecture grâce aux avis piochés ici et là, il fallait bien que cela arrive un jour...

Et je me rends compte qu'il est bien difficile d'écrire un billet en expliquant ce que j'ai ressenti. Tout d'abord, je n'ai pas tellement aimé les dessins mais ce n'est pas pour cela que je n'ai pas aimé cette BD car l'histoire permet parfois de passer complètement au dessus des dessins qui ne m'attirent pas vraiment au départ.

C'est l'histoire en elle-même qui ne m'a pas plu mais surtout les personnages, caricaturaux à souhait, peu sympathiques dans l'ensemble. J'ai trouvé tout ceci excessif, c'est bien sûr volontaire, normalement cela doit faire sourire mais cela n'a pas fonctionné avec moi. Cette famille m'a fatiguée avec ses disputes et ses discussions incessantes, j'ai trouvé bien triste ce manque de tendresse entre eux.

Je suis passée à côté de cette BD, j'avais en revanche adoré Les petits ruisseaux de Rabaté.

 

L'avis de La Sardine (c'est la 1ère fois que je n'aime pas une BD notée chez toi...)

 

BD empruntée à la
      
images.jpg 
Challenge régions
Challenge des régions
     Pays de la Loire 
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans Je n'ai pas aimé
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 23:05
Le 5eme règne

Quatrième de couverture :
Ils auraient dû se méfier.

Respecter le couvre-feu instauré depuis le meurtre du jeune Tommy Harper, retrouvé étranglé près de la voie ferrée.
Reposer ce vieux grimoire poussiéreux tant qu'il était encore temps.
Et surtout... ne pas en tourner les pages.
À présent, Sean le rêveur et sa bande vont devoir affronter le Mal absolu : à Edgecombe, petite ville tranquille de 

Nouvelle-Angleterre, les éléments se déchaînent, de nouveaux adolescents disparaissent et de mystérieux hommes au charisme effrayant font leur apparition...
Et si ce livre maudit détenait la clé du plus effroyable mystère de l'humanité ? 

Mon avis : 
Quelle aventure ! J'ai mis une petite moitié du livre à vraiment entrer dedans car je ne suis pas tellement attirée par les histoires de surnaturel.
Au fil des pages, l'auteur a su m'entraîner à la suite de ces adolescents qui me sont devenus de plus en plus sympathiques, ils sont mêlés à une affaire qui les dépasse et affrontent des adversaires vraiment très dangereux, des puissances occultes. Les lieux qui servent d'action sont inquiétants : un terrain vague, une usine désaffectée, un vieux manoir, une forêt.
Pour une trouillarde comme moi, ces adolescents ont paru vraiment très courageux et téméraires.
Après un début de lecture qui ne m'enthousiasmait pas trop, mon avis a vraiment évolué vers le positif, j'ai bien fait de m'accrocher. 

Je voulais découvrir ce livre car c'est le premier qu'a écrit cet auteur, j'avais déjà aimé La théorie Gaïa et Le sang du temps.

La trilogie du mal m'attend toujours !  
 

Livre issu de ma
imagesCAFSFWL3.jpg
Challenge thriller polar

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 23:05
La vérité sur l'affaire Harry Quebert Quatrième de couverture :
À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. 

Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ? Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias. 

Mon avis : 
Impossible d'emprunter ce livre à la bibliothèque car il est tout le temps sorti alors quand une copine m'a proposé de me le prêter je me suis empressée d'accepter.

 Beaucoup de positif pour ce livre, je l'ai lu en ayant sans arrêt envie d'y revenir quand je le posais. J'en ai aimé la construction originale avec des voyages dans le temps à différentes époques de l'histoire. J'ai apprécié de ne pas tout deviner et de découvrir la vérité par petites touches. J'ai bien accroché avec la façon d'écrire de l'auteur, j'aurais aimé être en vacances pour pouvoir le lire plus vite.

MAIS... J'ai trouvé que l'histoire était quand même un peu tordue. Les multiples rebondissements de la fin sont un peu nombreux à mon goût. A chaque fois que je pensais avoir la réponse je regardais le nombre de pages restant et je me doutais qu'il y aurait encore des découvertes. Je pense que je ne me souviendrai pas longtemps des nombreux retournements de cette histoire.

Je fais ma difficile en pointant ce qui m'a gênée car j'ai vraiment passé un bon moment de lecture et je vous conseille ce livre.

 

Livre prêté par une copine
      PERSO1.gif
imagesCATCTBEO.jpg
Lecture commune avec
A propos de livres 
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 23:05
My sister lives one the mantelpiece
Résumé : 
Jamie a 10 ans, il y a 5 ans l'une de ses sœurs est morte dans des circonstances dramatiques. Cela a bouleversé la vie de toute la famille, celle-ci a éclaté, Jamie, sa sœur et son père ont déménagé. 

Mon avis : 
Mon cœur s'est souvent serré en lisant l'histoire de Jamie, ses parents ont trop de douleur pour pouvoir s'occuper correctement de leurs enfants car l'une de leurs filles est morte.
Jamie a un manque énorme de sa maman, on se demande comment celle-ci peut l'oublier à ce point. Jamie habite avec son papa qui boit trop, heureusement sa sœur Jasmine de quinze ans est bien présente ainsi que Roger son chat. Il se fait aussi une amie dans sa nouvelle école. La vie n'est pas simple pour Jamie et Jas.

Certains passages de cette histoire sont vraiment très émouvants. En tant que parent j'ai la chance ne pas avoir vécu une telle tragédie mais cinq ans après avoir perdu leur fille je trouve que les parents de Jas et Jamie pourraient aussi se préoccuper des deux enfants en vie qu'ils ont encore. Cela m'a un peu gênée.

Au niveau de la compréhension de la langue, j'ai eu plus de mal avec ce livre qu'avec Alone one the wide wide sea. J'ai très bien compris l'histoire mais de nombreux termes m'ont échappé. J'ai même du faire une pause au milieu du livre pour mieux repartir ensuite.

 

Livre prêté par Mrs B.
    PERSO1.gif
Challenge I read en english

 

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

Les lettres de Rose
    de Clarisse Sabard

 

Un appartement à Paris
   de Guillaume Musso (livre audio)   

         

Pour me suivre sur Facebook :          
Les pages de lecture de Sandrine        
     

Emprunts à la bibliothèque

Romans
Hortense     
    de Jacques Expert

 

Cœur-Naufrage
  de Delphine Bertholon

 

DVD

Memento    

 

 

 

Challenges en cours

    

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture