14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 23:09

Quatrième de couverture :
Avec
L’Aigle..., l’auteur raconte le destin sublime d’Amédée Fario, dans les années 1910, qui courut amputé de ses orteils.

Avec Pain d’alouette, c’est le récit, dans les années 1930, de «l’enfer du Nord» et celui de l’enfer de la mine, les deux intimement liés, où l’on suit une autre destinée peu banale, celle de Reine Fario, la fille… de «l’Aigle sans orteils» !

 

Enfin, avec L’Écureuil du Vel’d’Hiv, Christian Lax sublime une amitié fraternelle pendant les années noires de l’Occupation. Avec cette trilogie, en définitive, Christian Lax raconte le vélo comme la métaphore de la souffrance et de la dignité des humbles…
 

Mon avis : 

Ces trois histoires sont rassemblées dans un seul volume, du coup il est un peu lourd, je préfère avoir un ouvrage plus léger entre les mains.

T1 L'aigle sans orteils
J'avais déjà lu cette histoire et j'ai eu plaisir à la redécouvrir. Amédée, le héros, est impressionnant de volonté et de ténacité.
Il faut bien dire que dans les années 1910 les vélos n'avaient pas grand chose à voir avec ceux des champions actuels, les jantes étaient en érable, les pneus en boyaux et les étapes du Tour de France dépassaient allègrement les 300 kilomètres.
Mais Amédée est un passionné, son histoire est très prenante. Il va participer plusieurs fois au Tour de France puis la guerre arrive...
C'est mon histoire préférée des trois que contient ce livre.

T2 Pain d'alouette
Cette fois-ci nous sommes dans les années 1930, j'ai eu un peu plus de mal à entrer dans cette histoire car on suit les personnages du premier livre (dans les Pyrenées) et d'autre part on suit de nouveaux personnages dans le Nord. Il va bien sûr y avoir des recoupements entre les deux et j'ai finalement passé un bon moment.
17 heures sur un vélo !!!!! Les pavés mythiques du Paris-Roubaix dans les paysages du Nord de ma jeunesse, les chutes et toujours cette ténacité incroyable des coureurs.

T3 L'écureuil du Vel'd'hiv
Ce troisième tome est indépendant des deux autres puisqu'on ne retrouve plus du tout les mêmes personnages.
Il est question de cyclisme bien sûr mais aussi de journalisme, de censure, de déportation, de chantage. L'auteur nous transporte dans les années 1940 et dans le fameux et tristement célèbre Vel'd'hiv. 
J'ai beaucoup aimé la belle relation fraternelle entre Sam et Eddie, Sam le cycliste et Eddie le petit frère qui devient journaliste.

J'ai passé un bon moment avec cette trilogie qui donne envie de se remettre à faire du vélo (après l'hiver...) ! 

BD du club de lecture
   avec mes copines

       


     Catégorie bâtiment

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 23:09
Quatrième de couverture :
Entre le Canada et la France, la reconstruction d'une femme trahie. 

Anaba Rivière, une Française d'origine amérindienne, s'apprête à épouser Lawrence Kendall, un brillant avocat canadien. Le jour du mariage, devant le Palais de Justice de Montréal, Anaba et sa soeur Stéphanie attendent en vain le marié. C'est son témoin et ami Augustin, auteur de romans policiers, qui annonce à la jeune femme la mauvaise nouvelle : Lawrence a eu peur de s'engager et a subitement quitté la ville. 

Anéantie, Anaba rentre en France et s'installe chez sa soeur, antiquaire en Normandie. Peu à peu, la jeune femme se bâtit une nouvelle vie... 
À Montréal, Lawrence est aux abois. Il perd son poste dans le prestigieux cabinet d'avocats où il travaillait, puis doit se résoudre à vendre son duplex pour payer ses créanciers. Mais, surtout, pas un jour ne se passe sans qu'il pense à Anaba. Il l'aime toujours, mais comment revenir à elle ? Pourra-t-elle un jour lui pardonner et accepter de le revoir ? Commence alors pour lui une longue descente aux enfers...

Mon avis : 
Je crois que je deviens un peu difficile, car ce livre est vraiment facile à lire et pourtant il ne m'a pas tellement plu. Je l'ai trouvé trop facile, trop prévisible et j'ai même accéléré à certains moments.

Si j'ai continué c'est parce que les personnages sont attachants (sauf le fiancé super lâche qui ne vient pas à son propre mariage) mais il m'aurait fallu plus de piment, plus de rebondissement, c'était un peu fade à mon goût.

Pourtant de cet auteur j'avais aimé Le testament d'Ariane et Dans les pas d'Ariane.

Rendez-vous manqué pour ce livre, tant pis.

 

Livre du club de lecture
   avec mes copines

       

 

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai aimé un peu
commenter cet article
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 23:05
Quatrième de couverture :
Comme chaque année en été, un chauffeur de bibliobus entreprend sa tournée des petits villages de la Côte-Nord québécoise. Broyant du noir, il n’est pas loin de penser que ce sera la dernière.
C’est compter sans la toute-puissance du destin, qui se manifestera à travers Marie. La tournée d'automne
 est le récit, tout en nuances et en douceur, de la rencontre entre un homme et une femme et ne dit au fond qu’une chose : la vie, têtue et forte, aura toujours le dessus.

Mon avis : 
Ce livre raconte une histoire qui se déroule tranquillement, au rythme de ce bibliobus qui se déplace dans le nord du Québec.

Le chauffeur, qui sera appelé ainsi tout au long de l'histoire, n'a pas un super moral, il envisage même d'arrêter après cette tournée. Et pourtant il est véritablement amoureux des livres qu'il transporte, il fait étape dans différents lieux et les livres vont voyager au sein de réseaux de lecteurs.

Et il y a Marie, rencontrée au début de cette tournée, Marie avec laquelle il a beaucoup de goûts en commun, Marie qu'il va découvrir au fil de sa tournée. Leur découverte l'un de l'autre se fait tout en douceur.

Cette histoire donne envie de découvrir le Québec, elle donne envie de lire, elle donne envie de partager les livres. 

Ce livre était depuis très longtemps dans mes envies de lecture, cette envie s'est enfin concrétisée.

 

Livre issu de ma 

 Catégorie moment/temps

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 23:08
" Pourquoi tu dors tout habillée avec ton cartable, Rachel ? "
A la question que lui pose madame Trebla, la psychologue pour enfants, Rachel commence par répondre " Parce que j'ai envie ". Puis, au fil des séances, elle se laisse aller à quelques confidences.

 

Malgré sa coupe de lord anglais imposée par maman, Rachel n'a rien d'une petite fille modèle. Elle fait jouer des scènes d'amour torrides à ses poupées, invente des blagues téléphoniques avec Hortense, sa meilleure amie (la seule qui vient à ses goûters d'anniversaire), elle a la tête pleine de rires, de bêtises, de colères et de questions, qui désarçonnent parfois la thérapeute. Au fait, quand on est mort, est-ce qu'on le sait ?

Mon avis : 
Vous voulez passez un bon moment d'écoute ?
Vous voulez sourire et même rire ?
Vous voulez être émus ? 

Alors je vous conseille vivement ce livre audio pour lequel tous ces ingrédients sont réunis. C'est Rachel qui nous parle par la voix de Raphaële Moussafir, sa créatrice, sa voix est absolument parfaite, le ton n'est pas forcé et j'ai passé un excellent moment.

Rachel est drôle, cynique, surprenante, naturelle, émouvante, franche.

Dans l'interview de l'auteur à la fin de ce livre audio, elle explique qu'elle a pu se permettre de dire des choses par l'intermédiaire d'une enfant de 9 ans ce qui est parfois plus difficile de la part d'un adulte.

Un vrai bon moment de lecture audio ! 

 Livre prêté
        par Eva.
        Merci !       


     Catégorie gros mot

     

 

 

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai beaucoup aimé
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 23:04
Quatrième de couverture :
Automne 1939, près de Nantes. Roger, maraîcher de 27 ans, reçoit son ordre de mobilisation. Il laisse derrière lui sa fiancée, Suzanne. Huit mois plus tard, il est arrêté par les Allemands dans les Ardennes. Hiver 2002, à Nantes, Florent découvre au grenier le carnet de prisonnier de son grand-père Roger, qui vient juste de mourir... Il décide de partir sur les traces du passé, le carnet à la main. Un témoignage rare, émouvant, sur un épisode méconnu de l'Histoire : la déportation des prisonniers de guerre français dans des camps de travail.

Mon avis : 
Voici une BD du souvenir, celui de la grande histoire, durant la deuxième guerre mondiale et souvenir de l'histoire familiale du grand-père de l'auteur.

Tout commence avec le décès du grand-père. "Il nous reste une fine pellicule de cendre au creux de la paume. Personne n'ose s'essuyer  les doigts. Mon grand-père finit la journée au fond de toutes nos poches" p.21

Le carnet de Roger, c'est celui-du grand-père, retrouvé après sa mort, un petit carnet dans lequel il a tout écrit au crayon de bois, il a retracé sa vie de militaire et de prisonnier. 

En hommage à son grand-père, il va partir sur les traces de celui-ci grâce à ce qu'il raconte dans son carnet. J'ai beaucoup aimé cette partie de recherche. "A droite des champs en dévers qui grimpent jusqu'à un bosquet... C'est là. Un frisson dans le dos me le confirme. Papy est comme perché sur mon épaule". p.47

L'auteur alterne les dessins effectués d'après les carnets de son grand-père et les dessins montrant toutes les recherches effectuées. Il a fait un sacré travail !

Dans ma famille, c'est une de mes tantes qui a retranscrit toutes les lettres que mes grands-parents s'envoyaient pendant la guerre. Mes parents ont offert un exemplaire de ce recueil à chacune de leurs trois filles, je l'ai dévoré et je le garde précieusement.
 

L'avis de Canel et Enna.

 

BD empruntée à la 
     images.jpg


Catégorie objet

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 23:05

12 contes insolites qui parlent d'amour, de mort, d'argent, de vengeance, de folie, de famille, de jalousie.

Durée : 2h40

Mon avis :
Ces 12 petites histoires ne sont pas désagréables à écouter car c'est du Maupassant, en revanche j'ai trouvé que dans l'ensemble ces petits textes se terminaient assez abruptement, je m'attendais encore à quelques phrases de conclusion. 

Je suis donc restée un peu sur ma faim mais dans l'ensemble les histoires sont originales et bien menées.

Pour se lancer dans la lecture audio c'est parfait, le livre est court et chaque nouvelle est très courte !

 

Livre emprunté à la 
     images.jpg


Catégorie bâtiment

 

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai moyennement aimé
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 14:42

                                  

C'est dimanche et c'est l'heure de la sieste-lecture qui s'est transformée en vraie sieste !

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans Jeux
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 06:48

   

Quatrième de couverture : 
On dit qu'une bonne vengeance peut attendre. C'est faux. Une bonne vengeance doit attendre. Pour se préparer. Pour se déguiser. Pour surprendre. Combien d'années d'injustice subie auront été nécessaires au très civilisé Comte Skarbek pour que son unique main se ferme en poing vengeur ? Toutes les réponses ont été transcrites en 1843 dans un diptyque. Toutes.

 

Mon avis : 
T1 : Deux mains d'or   T2 : Un cœur de bronze

Un comte mystérieux qui arrive à Paris, un peintre disparu, un joli modèle et c'est parti pour une aventure avec une bonne intrigue. 
Me voilà plongée en plein 19ème siècle, l'époque est très bien retranscrite et les dessins sont de véritables petits tableaux.

J'ai apprécié d'avoir les deux volumes sous la main pour ne pas attendre et découvrir le fin mot de toute l'histoire.

Le lecteur a même le droit à un petit voyage en bateau et une attaque de pirates.

Cette histoire comporte de multiples rebondissements, disparitions, réapparitions, mystères, jusqu' au tout dernier moment, c'était assez inattendu.

Une belle surprise.

 

L'avis de Brize chez qui j'avais noté cette série.

 

BD empruntées à la 
     images.jpg
  
       Ile de France

     Catégorie matière
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai beaucoup aimé
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 23:05

Quatrième de couverture :
Une histoire d’amour drôle ou grinçante composée par un écrivain de vingt-six ans. Un conte de l’époque de la découverte du jazz et de la science-fiction, à la fois comique et tragique, féerique et déchirant. Et un livre culte depuis plus de quarante ans..

Musicien et interprète, Arthur H, par cette lecture, rend un superbe hommage à celui qui, comme lui, aima passionnément le jazz.

Mon avis : 
Je suis très peu enthousiaste au sujet de cette lecture audio. Je n'avais jamais lu ce classique et je dois bien avouer que j'ai bien failli l'abandonner en cours de route.

Au début j'ai trouvé que c'était original et un peu loufoque. J'ai adoré le pianocktail qui permet de fabriquer des cocktails en jouant du piano, j'ai aimé certaines transformations de mots par exemple sacristoche pour sacristie et certaines expressions "passer à tabac de contrebande".

Le lecteur est très bon mais je me suis lassée de cette histoire et j'ai eu bien du mal à la terminer.

La fin est triste mais l'auteur a réussi à me faire rire car il y a du loufoque jusqu'au bout (les fossoyeurs qui chantent "A la salade" en jetant la personne décédée dans le trou....).

 

 Livre prêté
    par Enna
     Merci !       


Catégorie matière

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai aimé un peu
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 23:05

Quatrième de couverture : 
Le 26 avril 1986, le plus grave accident nucléaire du XXe siècle se produit à Tchernobyl, en Ukraine. vingt-deux ans plus tard, jour pour jour, Emmanuel Lepage se rend sur les lieux de la catastrophe.
Après Voyage aux îles de la Désolation,
Un printemps à Tchernobyl est son deuxième documentaire en bande dessinée.
« On me donnait l'occasion de réaliser,
pour la première fois, un reportage en dessin.

Je ne serai pas seulement témoin du monde, mais " impliqué " ! Acteur ! Militant, quoi !

Dans ce métier, seul à gratter sur ma planche, j'ai souvent l'impression de voir
le monde à travers une vitre. D'être " à côté ".
Cette fois-ci, le monde, je le sentirai dans ma peau !
Bien sûr, c'était risqué...
Mais tellement excitant !
J'allais découvrir des terres interdites où rôde la mort. »

Mon avis : 
Tchernobyl... Un nom qui fait peur, une tragédie des années 80. Et pourtant Emmanuel Lepage, l'auteur de cette BD, va s'y rendre en 2008, il va participer à une résidence d'artistes pour témoigner. 

Il dessine cette région désertique, sinistre, abandonnée, les dessins sont dans les tons bruns, gris, noirs. C'est sombre, inquiétant et surtout radioactif.
"En toute discrétion et silencieusement la table se garnit de toutes sortes de mets. Comme si nos hôtes, malgré le fossé de la langue savaient qu'après l'expérience que nous venions de vivre, il fallait convoquer la vie... Comme les repas qui suivent les enterrements". p 76

Les dessins sont plus ou moins aboutis, parfois juste esquissés. Quelques touches de couleur apparaissent peu à peu, et même quelques planches éclatantes de couleur. Car malgré tout, l'auteur est surpris de la vie qu'il va trouver là-bas

"J'essaie de capter la vie, d'approcher ce que ces corps disent... D'imaginer par les postures, les pensées, les conversations... Puisque l'ukrainien m'est inconnu..." p. 144

J'étais dubitative au début de ma lecture, je me sentais mal à l'aise, cela me faisait froid dans le dos.
Et puis au fur et à mesure des découvertes de l'auteur, des rencontres avec les habitants, l'étau s'est un peu relâché. Au final j'ai vraiment beaucoup aimé cette BD.

La dernière image est une photo de l'auteur en train de dessiner avec son masque, ses gants et ses protège-chaussures tel qu'on a pu le voir en dessin dans la BD. Cela donne une touche réellement concrète à tout ça.

 

Les avis de Noukette, Stephie, A propos de livres, Jérôme, Saxaoul.
 

Livre emprunté à la 
     images.jpg

       Catégorie lieu

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai beaucoup aimé
commenter cet article

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

Au fond de l'eau
  de Paula Hawkins

     

Dans les forêts de Sibérie
   de Sylvain Tesson (livre audio)   

         

Pour me suivre sur Facebook :          
Les pages de lecture de Sandrine        
     

Emprunts à la bibliothèque

Romans
Les petites filles  
    de Julie Ewa

 

Challenges en cours

    

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture