5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 23:06
Quatrième de couverture : 

« La crise. On ne parlait que de ça, mais sans savoir réellement qu’en dire, ni comment en prendre la mesure. Tout donnait l’impression d’un monde en train de s’écrouler. Et pourtant, autour de nous, les choses semblaient toujours à leur place. J’ai décidé de partir dans une ville française où je n’ai aucune attache, pour chercher anonymement du travail… J’ai loué une chambre meublée.
Ce livre raconte ma quête, qui a duré presque six mois, de février à juillet 2009. »      
Florence Aubenas

Parce qu’elle sait éviter l’emphase comme l’apitoiement, Fabienne Loriaux parvient avec talent à restituer au récit de Florence Aubenas sa percutante vérité.

Mon avis : 
Ce livre ne m'avait pas du tentée à sa sortie, je craignais qu'il soit trop journalistique. Ce n'est pas du tout le cas et il s'écoute comme un roman ou presque. 

La lectrice est vraiment parfaite et le ton donné est vraiment juste. 

J'ai eu le cœur serré tout au long de cette lecture pour ces femmes (essentiellement) qui ont des emplois précaires et même très précaires. Ces femmes qui ont parfois presqu'autant de temps de route que de travail effectif, dont le travail n'est pas reconnu et même franchement méprisé.
Elles ne peuvent rien dire de peur de perdre ces quelques heures de ménage, souvent tôt le matin ou tard le soir.

Florence Aubenas a pris le parti de l'immersion totale et on sent un grand attachement et un grand respect envers toutes les personnes rencontrées. Elle le dit très bien d'ailleurs dans l'entretien à la fin de ce livre audio.

A l'écoute de ce livre, je me suis souvent dit Mais de quoi se plaint-on ? Je me suis aussi sentie très privilégiée avec mon contrat reconduit à nouveau pour un an dans des conditions de travail qui n'ont rien à voir avec celles rencontrées dans ce livre.

Ma conclusion sera : Bravo à Florence Aubenas !

 

 Livre prêté
  par Enna.
        Merci !       


          Catégorie lieu
  
       Basse Normandie
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai beaucoup aimé
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 23:05

Quatrième de couverture (censurée par mes soins) :
(...) 
Malo a un mauvais pressentiment. Depuis leur arrivée au domaine de Vaux pour faire les vendanges, Octave, le maître des lieux, regarde sa sœur Camille d'un œil insistant. Le jeune homme voudrait quitter l'endroit au plus vite, partir loin de cette angoisse qui ne le lâche plus.

Camille trouve ses inquiétudes ridicules, mais Malo n'en démord pas. 

L'étrange fascination d'Octave pour Camille, pour ses cheveux d'un blond presque blanc, le met mal à l'aise. Camille, elle, oscille entre attirance et répulsion envers cet homme autrefois séduisant, au visage lacéré par une vieille blessure.
(...) Mais leur reste-t-il une chance de sortir vivants de ce domaine, ou le piège est-il déjà refermé ?

 

Mon avis : 
Après un début assez percutant il faudra attendre la fin du livre pour avoir à nouveau un peu d'action.

Toute la tension de cette histoire se trouve dans l'ambiance particulière de cette exploitation en période de vendanges. Octave, le propriétaire, est un personnage inquiétant, Andréas se cache, ils font une fixation sur la jeune Camille.

Au final j'ai trouvé que c'était un peu lent mais quand même prenant.

J'ai préféré Nœuds d'acier du même auteur, je l'ai trouvé plus rythmé et avec une fin plus surprenante. 
 

L'avis de Canel.

 

Livre emprunté à la 
     images.jpg
 
       Catégorie matière
  
Champagne-Ardennes

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 17:39

                                

Aujourd'hui à 15h03 j'étais au travail !!!! Dans le bureau vitré dans lequel je me trouve le lundi, le mercredi et le vendredi. Je vous accorde que cela fait un peu aquarium. Mais je l'aime bien ce petit bureau car il y a un peu de passage. Les résidents de la maison de retraite qui se déplacent, des collègues, parfois il y a mêmes des animations dans le jardin intérieur qu'on voit au loin.          

Que faisiez-vous le 03/03 à 03h03 (15h03) ?
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans Jeux
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 23:05
Quatrième de couverture :
Fabien est agent de surveillance au Louvre.
Il aime son métier.
Depuis quelques semaines, il aime aussi Mathilde. Celle-ci décide d'aller présenter son ami à sa famille, le clan Benion, comme elle l'appelle.
Puisqu'ils ont désormais sous la main un «expert», les Benion tiennent absolument à soumettre à Fabien un tableau qui moisit dans le grenier depuis des décennies, et qui a été peint par l'aïeul Gustave. Une pauvre toile représentant un chien qui louche.

La question des Benion est claire : Le Chien qui louche a-t-il droit au Louvre ? Dans un premier temps, n'osant pas décevoir sa (presque) belle-famille, Fabien ne fournit pas de réponse catégorique... 
Il aurait dû.

Mon avis : 
Etienne Davodeau est pour moi un auteur bien ancré dans la réalité, les différentes BD que j'ai lues en témoignent : Rural, Les ignorants, Lulu femme nue, Les mauvaises gens, Le constat, Chute de vélo.

Cette fois-ci c'est une histoire qui démarre dans le réel mais qui devient vite assez loufoque. Le chien qui louche est une œuvre d'art que les héritiers du peintre aimeraient voir au Louvre. Eclat de rire quand j'ai découvert cette peinture !!!!!! de toute bôôôté, je ne vous dis que ça. 

Les héritiers sont la future belle-famille de Fabien qui est gardien au musée du Louvre, ils sont bien lourds, l'auteur ne les a pas loupés. 

Les dessins des œuvre présentes au Louvre sont vraiment très beaux

J'ai lu cette BD le sourire aux lèvres et j'ai passé un bon moment.

Les avis de Jérôme, Gambadou, Saxaoul, A propos de livres et Laure.

 

BD du club de lecture
   avec mes copines

       


     Catégorie animal
  
       Ile de France

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 23:08
Quatrième de couverture :
Août 1936, en Espagne, on assassine Garcia Lorca, accusé de sympathie républicaine. Août 2011, à Marseille, on découvre le corps calciné d'une femme, abandonné entre les rails. Entre ces deux morts, s'écrivent les tragédies du vingtième siècle, les secrets d'État, les coulisses de la démocratie espagnole naissante et la passion dévorante d'une jeune femme pour l'ombre du poète...

Entre ces deux âmes suppliciées, un pacte étrange, bien au-delà du temps, va profondément bousculer la nouvelle enquête de la commissaire Aïcha Sadia...

Émouvant, tragique, attachant, à fleur de peau et diaboliquement crescendo...

Mon avis : 
Ce livre m'a fait voyager entre la France et l'Espagne, entre Marseille, Pau, Madrid, Grenade. Les protagonistes de cette histoire font beaucoup de route. 

Quel rapport entre des évènements se déroulant à Grenade en 1936 et à Marseille en 2011 ? Jusqu'au bout de l'histoire l'auteur ne nous dévoilera pas tout, quand on pense savoir il y a encore du nouveau, encore des surprises. 

Une lecture agréable car bien rythmée, sans temps mort mais avec beaucoup d'inattendu. 

De cet auteur j'avais déjà aimé Djebel qui est consruit un peu selon le même principe, des liens entre des évènements passés et d'autres qui en découlent au présent.

Livre faisant partie du prix littéraire inter-CE (Cézam).

 

Livre emprunté à la 
     images.jpg

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 23:07

Sur une idée de Moka

2 séances de kiné par semaine / A fond dans la lecture audio pour le prix Audiolib / Skype avec Munich / Un petit chat en tricot / Lulu femme nue au cinéma avec une amie / Crêpes pour la Chandeleur / Un dimanche matin à la chorale / Inondations et chemins boueux pour ma promenade digestive du midi / Une nouvelle unité centrale silencieuse / Portes ouvertes à l'université d'Angers / DUT Génie biologie / Préparation d'un cadeau surprise / Congés accordés / Coloc' trouvée à Munich / Une bonne raclette / Remarque du kiné sur mes collants colorés / Des frites maison / Toujours pas de sport / Peinture d'un plafond / Post-Bac x 2 / Retour du soleil / Les larmes aux yeux au boulot / Bac blanc x 2 / Tomboy sur Arte / Arc en ciel en sortant du boulot / Tarte aux pommes / Envie de vacances, plus qu'une semaine 

                               

               

       

       

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans Jeux
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 23:05
Quatrième de couverture : 
Ilan et Chloé sont spécialistes des chasses au trésor. Longtemps, ils ont rêvé de participer à la partie ultime. Celle de ce jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, seulement le nom : Paranoïa.

Le jour venu, ils reçoivent enfin la règle numéro 1 : Quoi qu'il arrive, rien de ce que vous allez vivre n'est la réalité. Il s'agit d'un jeu.

Suivie, quelques heures plus tard, de la règle numéro 2 : L'un d'entre vous va mourir.


 

Quand les joueurs trouvent un premier cadavre, quand Ilan découvre des informations liées à la disparition toujours inexpliquée de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à établir.

Paranoïa peut alors réellement commencer...

Mon avis : 
Franck Thilliez a un certain talent pour créer les ambiances oppressantes. Dès le début le ton est donné avec la découverte d'un carnage dans un chalet de montagne. 
Le lecteur fait ensuite la connaissance d'Ilan et Chloé les personnages principaux de cette aventure, l'un comme l'autre ils ont l'obsession du jeu et plus particulièrement de la chasse au trésor. 
Cette chasse est un jeu mais poussé à de telles extrémités que cela peut devenir un cauchemar. Où est la réalité, quelle est l'illusion ? 

Ilan cherche des réponses sur son passé, sur la mort de ses parents, il a des doutes sur l'intégrité de sa mémoire.

Tout ceci est très bien mené, et si ce n'est une petite impression de longueur aux deux tiers du livre, j'ai vraiment dévoré ce livre mais pour rien au monde je n'aurais voulu faire partie du jeu !

 

Livre emprunté à la 
     images.jpg
 17/18    

Catégorie objet
   
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 23:03

    

Quatrième de couverture : 
Une comédie policière en hommage aux romans d'aventure d'Arsène Lupin.

1912. Un grand hôtel particulier de la banlieue parisienne. Trois tableaux. Un vol. Un mystère.

Une histoire en deux tomes.

Mon avis : 
Il faut vraiment avoir les deux tomes de cette histoire sous la main avant de la commencer car dans le tome 1 tout se met en place et les rebondissements arrivent dans le tome 2.

J'ai aimé l'ambiance un peu démodée de cette histoire policière du début du siècle (précédent !).

La belle Alma est revenue en France et retrouve sa famille dont Séraphine, sa nièce, amoureuse des livres. Mais un vol de tableaux a lieu dans la belle maison de son frère. 
J'ai aimé le personnage d'Alma qui est plutôt une femme libérée pour son époque, elle voyage, elle conduit, elle fait du sport. Sa nièce Séraphine a toujours le nez dans les livres, elle est en admiration devant sa tante.
Le papy sénile profite toujours de l'inattention de sa famille pour tenter des escapades. 
Il est aussi question de lettres d'amour anonymes, d'un professeur de piano, d'un inspecteur un peu coinçé.

Une petite histoire vraiment sympathique avec un changement de rythme apprécié dans le deuxième tome.

 

L'avis de Noukette.

 

BD empruntées à la 
     images.jpg
  
       Ile de France

     Catégorie bâtiment
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 23:09
Quatrième de couverture :
Qui a tué Ifan Evans? Si personne ne croit Gwenni, douze ans et demi, lorsqu'elle affirme pouvoir voler ou entendre la terre chanter, la fillette est cette fois-ci déterminée à prouver ses talents... de détective. Même s'il lui faut pour cela remonter les secrets de famille de son petit village du pays de Galles, au risque de dévoiler des drames bel et bien enterrés.


À la croisée du conte et du polar, de l'enfance et du crime, une virée ensorcelante, fraîche et poétique au coeur des années 1950.

Mon avis : 
A l'époque de la sortie de ce livre il m'avait semblé avoir lu de bons avis, des avis très positifs. Je fondais donc de bons espoirs sur cette lecture... et c'est bien ça le problème, je pense que j'en attendais trop. De plus la quatrième de couverture parle d'une enquête qui a à peine commencé aux deux tiers du livre.

C'est lent, on découvre la vie des gens du village, la vie d'une petite fille un peu originale, il est beaucoup question de la fête paroissiale et d'un renard mort. 

J'ai persévéré quand même mais au bout d'un moment ce n'était plus possible, je n'avais vraiment plus envie de m'y remettre. 

Ce que j'ai préféré dans ce livre c'est donc la couverture !

 

Livre issu de ma 

       Catégorie matière

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans Je n'ai pas pu finir
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 23:05
Quatrième de couverture :
Une nuit à Londres, Lula Landry, célèbre mannequin, est retrouvée défenestrée. Son frère, John Bristow, ne croit pas au suicide et contacte Cormoran Strike, détective privé.
Strike est un homme à la dérive : il a perdu une jambe à la guerre et sa vie est un désastre. Chargé par Bristow d’enquêter sur la mort de Lula, il se résout à plonger dans les eaux glauques que dissimulent les paillettes de la vie noctambule.
Trahisons, secrets, vengeance émergeront peu à peu jusqu’à l’explication finale.

Avec son intrigue haletante et sa galerie de personnages plus vrais que nature, L’Appel du Coucou, premier volet des aventures du détective Strike, s’inscrit dans la tradition du grand roman policier classique illustrée par Ruth Rendell et P.D. James.

Mon avis : 
Le lecteur de ce livre audio, Lionel Bourguet, est vraiment formidable. Il est très fort pour faire les différentes voix sans forcer et sans avoir l'air ridicule. J'ai de loin préféré le lecteur à l'histoire.

Contrairement à ce qu'en dit la quatrième de couverture, je n'ai pas trouvé cette intrigue haletante. J'ai bien aimé le personnage du détective, Stryke est un homme blessé dans tous les sens du terme, j'aurais aimé que Robin sa secrétaire ait une place plus importante dans cette histoire.
Cette enquête est principalement constituée des rencontres que provoque Stryke pour trouver la solution sur la mort de Lula, meurtre ou suicide ? 
Stryke épluche toutes les dépositions, remonte toutes les pistes. 

J'ai passé un bon moment d'écoute mais j'aurais vraiment aimé un peu plus de rythme dans cette histoire, il n'y a pas assez d'action.

 


avec Enna, Sylire, Gwenaelle,
Saxaoul, Sophie/vicim
 

Catégorie animal

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

Nuit
  de Bernard Minier  

 

Pour me suivre sur Facebook :          
Les pages de lecture de Sandrine        
     

Emprunts à la bibliothèque

Romans
Les orages de l'été
    de Tamara McKinley

 

Fidèle au poste 
   d'Amélie Antoine

 

Le sourire des femmes 
    de Nicolas Barreau

 

 

 

Challenges en cours

    

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture