22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 16:01

                                            

Quatrième de couverture : 
À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Félix Kersten est spécialisé dans les massages thérapeutiques. Parmi sa clientèle huppée figurent les grands d'Europe.
Pris entre les principes qui constituent les fondements de sa profession et ses convictions, le docteur Kersten consent à examiner Himmler, le puissant chef de la Gestapo. Affligé d'intolérables douleurs d'estomac, celui-ci en fait bientôt son médecin personnel. C'est le début d'une étonnante lutte, Felix Kersten utilisant la confiance du fanatique bourreau pour arracher des milliers de victimes à l'enfer.

Joseph Kessel nous raconte l'incroyable histoire du docteur Kersten et lève le voile sur un épisode méconnu du XXe siècle.

 

Mon avis : 
Je ne suis pas fan des livres historiques mais Joseph Kessel a réussi à m'intéresser à la vie de ce masseur hors pair. Le docteur Kersten est le seul à pouvoir soulager Himmler des douleurs qui le taraudent.

Kersten est tiraillé entre ses idées et l'horreur que représente pour lui le fait de soigner cet homme. Il a de nombreux amis juifs et ne peut supporter l'idée de soigner un homme qui est favorable à leur disparition.

Himmler a de plus en plus confiance en Kersten et celui-ci réussit petit à petit à sauver quelques personnes de l'extermination, puis quelques centaines puis des milliers. C'est pour cette raison qu'il continue à soigner Himmler, il a une grande emprise sur lui par les soins et le soulagement qu'il lui procure.

Mais Kersten dérange, sa vie est parfois en danger, il ne reculera devant rien pour sauver des vies, c'est un personnage réellement attachant.

C'est bien romancé, bien écrit et cette lecture est vraiment bien passée. J'ai eu peur de me lasser mais j'ai apprécié ce livre jusqu'à la fin.  

Une histoire assez incroyable !
 

 Livre prêté par une amie
    Merci Claudie !

    

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 10:52

                          

Quatrième de couverture : 
Rubén, fils du célèbre poète Calderón assassiné dans les geôles de la dictature argentine, est un rescapé de l'enfer. Trente ans plus tard, il se consacre à la recherche des disparus du régime de Videla. Quand sa route croise celle de Jana, une jeune sculptrice mapuche qui lui demande d'enquêter sur le meurtre de son amie Luz, la douleur et la colère les réunissent. Mais en Argentine, hier comme aujourd'hui, il n'est jamais bon de poser trop de questions, les bourreaux et la mort rôdent toujours... 

De sa voix grave et puissante, Féodor Atkine nous emmène sur les traces des bourreaux de Buenos Aires. Alternant les rythmes fulgurants du roman avec de salutaire lenteurs, il donne voix avec virtuosité aux différents personnages. 
Une lecture dense et émouvante.

 

Mon avis : 
Sur le lecteur : Je l'avais déjà beaucoup apprécié dans la lecture de "Le quatrième mur" de Sorj Chalandon. 
Ici aussi , il m'a emportée à sa suite dans cette histoire, sa lecture et sa voix sont parfaites. J'ai découvert avec son accent qu'on ne dit pas Mapuche à la française mais Mapoutché, on ne dit pas Jana mais Iana.
Ces accents mis sur les mots permettent de se sentir vraiment dépaysé.

Sur l'histoire : Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en commençant ce livre, je savais simplement que mon mari l'avait aimé en version papier.

C'était juste assez historique pour moi qui ne suis pas très férue d'histoire, je savais quand même ce qu'évoquaient les mères ou grand-mères de la place de Mai. 
Le père et la sœur de Ruben ont disparu durant ces années de dictature argentine. Mais il est aussi question de bébés volés bien sûr, de familles riches les ayant récupérés. 
Plus de trente ans plus tard certains faits remontent à la surface, des disparitions, des meurtres surviennent en lien avec les évènements des années 70.
Cette histoire est rythmée et je ne me suis pas ennuyée. Certains passages sont assez durs, c'est le sujet qui veut ça bien sûr.

Seul le dernier tiers du livre m'a paru un peu long car c'est la course poursuite qui termine l'enquête et j'ai trouvé que cela aurait pu être plus rapide.

Les personnages principaux Ruben et Jana sont vraiment réalistes et je m'y suis rapidement attachée. Durant cette aventure ils paieront aussi de leur personne à certains moments.

Un bon livre audio !

 

 

          Livre prêté
            par Enna
                Merci !       

             

 

   

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 09:29

                                

Résumé : 
La vie quotidienne d’une jeune femme, paysanne chinoise avant la Révolution, faite de travail, de résignation et d’abnégation. 
Pearl S. Buck raconte la dureté de la vie de cette paysanne avec son mari, sa belle-mère, les enfants que chaque année lui apporte mais aussi ses joies simples et lumineuses. Elle ne décrit pas seulement la misère mais aussi l’espoir, le courage, la volonté et l’amour.
Le réalisme de Pearl Buck et une immense tendresse sont bouleversants et rendent ce roman attachant. L’écriture de Pearl S. Buck (prix Nobel de littérature en 1938) est magnifique dans sa simplicité et son pouvoir d’évocation de la vie paysanne en Chine.

Quatrième de couverture : 
J'avais lu ce livre il y a ... trèèèèès longtemps quand j'étais ado il me semble, je ne m'en rappelais plus mais dans mon souvenir j'avais apprécié cette lecture.

Il en a été de même avec cette version audio.
Les temps sont durs pour les paysans chinois et cette histoire permet de vivre au sein d'une famille, au rythme des saisons.
Les personnages n'ont pas de nom, ils ne sont nommés que la mère, la femme, l'époux, la grand-mère, la cousine, l'enfant.... cela rend l'histoire un peu impersonnelle.

La mère vit essentiellement pour sa famille, les temps sont durs, l'argent est rare et les moyens manquent même pour soigner les enfants.
L'essentiel reste d'avoir à manger dans son assiette.

Cette femme pense que qu'elle mérite les épreuves qu'elle traverse car elle a une faute à expier.

La lectrice est parfaite car elle n'en fait pas trop et cela colle bien au texte que j'ai trouvé assez sobre. Malgré tout, la vie de cette mère m'a touchée, elle est courageuse et fait tout pour que sa famille s'en sorte.

Je suis contente de cette redécouverte.
 

          Livre prêté
            par Enna
                Merci !       

             


           Chez Valérie

      

 


      Catégorie famille

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 17:02

                                     

Quatrième de couverture : 
Elizabeth a disparu. Maud ne cesse de retrouver des bouts de papier dans ses poches, avec ce simple message, Elizabeth a disparu. Le plus troublant : c'est sa propre écriture. Mais elle ne se souvient pas d'avoir écrit ces mots. Maud ne se souvient d'ailleurs plus de grandchose ces derniers temps. Elle ne se souvient plus de l'heure, ni si elle a mangé, ni si sa fille est venue la voir. Ce qu'elle sait, en revanche, c'est qu'elle n'a pas vu sa vieille amie Elizabeth depuis longtemps. Trop longtemps. Mais, lorsqu'elle tente d'alerter ses proches, elle a droit à des sourires indulgents, personne ne la prend au sérieux.
Elle est septuagénaire et on la traite comme une enfant de 4 ans. Malgré tout, Maud est de plus en plus persuadée que quelque chose est arrivé à Elizabeth. De la même façon que quelque chose est arrivé cinquante ans plus tôt à sa propre soeur aînée, Sukey, dont la disparition ne fut jamais élucidée.
Maud ferait-elle un transfert inconscient ? Confondrait-elle le passé et le présent ? Mais n'y a-t-il pas tout autant de mystères autour d'elle aujourd'hui qu'à l'époque ? Maud va bientôt devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé... et sur son présent.

 

Mon avis : 
En plus du résumé de l'histoire présent sur la quatrième de couverture, on peut y trouver les termes suivants : Un thriller inoubliable... Incroyable suspense psychologique... Un puzzle aussi captivant que complexe... Un livre qu'on ne peut lâcher avant la fin... Une révélation...

Je ne suis d'accord que sur les termes suivants :  puzzle et complexe

Bref, vous l'aurez compris je n'ai pas beaucoup aimé ce livre. Je suis pourtant souvent touchée par ces personnes atteintes par la maladie d'Alzheimer ou apparentée, d'autant plus que je travaille dans une maison de retraite.

Je n'ai pas trouvé ce livre palpitant, ma lecture m'a paru longue sans qu'il se passe énormément de choses.
Je ne doute pas qu'il pourra trouver des lecteurs plus enthousiastes que moi mais sur le même sujet j'avais préféré
Absences d'Alice LaPlante.
 

Livre de la sélection pour le Prix Cezam 2015.
 

 Livre emprunté à la

       images.jpg

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai aimé un peu
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 10:46

                                             

C'est quand même plus facile de participer à ce jeu quand je ne travaille pas ! 

Alors ce 11/11 à 11h11 j'étais en train de plonger dans mes recettes de cuisine, avec un petit thé, pour préparer des menus à l'avance et essayer de varier un peu. Cela me simplifie la vie au moment de faire la liste de courses sur le drive.

Pour ce soir 23h11, je pense que je dormirai.... et je l'espère

                    

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans Jeux
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 17:28

                                        

Quatrième de couverture : 
On retrouve dans Pars avec lui l'univers tendre et attachant d'Agnès Ledig, avec ses personnages un peu fragiles, qui souvent nous ressemblent. L'auteur de Juste avant le bonheur sait tendre la main aux accidentés de la vie, à ceux qui sont meurtris, à bout de souffle. Mais aussi nous enseigner qu'envers et contre tout, l'amour doit triompher, et qu'être heureux, c'est regarder où l'on va, non d'où l'on vient.

Mon avis : 
Un feu, un pompier, un hôpital, une infirmière, une sœur, une grand-mère. On met tout ensemble, on secoue, on mélange bien et il en sort un livre bien sympa.

De l'amour, des souffrances, du désir, du désamour, un désir d'enfant, de la violence, de l'espoir, voici les épices de cette recette concoctée par Agnès Ledig.

Même si on voit venir la fin grosse comme une maison, j'ai passé un très bon moment. Certaines phrases font mouche, sur la vie, sur les choix de vie, sur le respect de soi.

Un beau moment de lecture.

De cet auteur j'ai déjà eu un coup de cœur pour Juste avant le bonheur et j'avais beaucoup aimé Marie d'en haut.

L'avis de Saxaoul.

 

Merci aux Editions Albin Michel.

 


      Catégorie verbe


      Catégorie famille
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 17:05

                                       

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Pâques 1974. Sur l'île de Valö, aux abords de Fjällbacka, une famille disparaît sans laisser de trace. La table est soigneusement dressée pour le repas de fête, mais tout le monde s'est volatilisé. Seule la petite Ebba, âgée d'un an, erre, en pleurs, dans la maison abandonnée. L'énigme de cette disparition ne sera jamais résolue.

Trente ans plus tard, Ebba revient sur l'île et s'installe dans la maison familiale avec son mari. Accablés par le deuil et la culpabilité après le décès de leur fils, ils nourrissent l'espoir de pouvoir y reconstruire leur vie, loin du lieu du drame. Mais à peine se sont-ils installés (...) C'est le début d'une série d'événements troublants qui semblent vouloir leur rappeler qu'on n'enterre pas le passé.

De son côté, Erica s'était depuis longtemps intéressée à l'affaire de la mystérieuse disparition sur l'île. Apprenant le retour de la seule survivante, elle se replonge aussitôt dans le dossier. Elle n'imaginait pas que l'affaire était si complexe. (...) Elle n'imaginait pas que les secrets familiaux allaient mettre en péril l'une des personnes les plus importantes de sa vie.

 

Mon avis : 
J'aime découvrir la nouvelle histoire de cette série à chaque parution.
C'est surtout pour retrouver les personnages principaux, savoir ce qu'ils deviennent car au niveau de la construction du livre c'est toujours un peu pareil : Une histoire ancienne qui a un lien avec une histoire actuelle.

 

Les romans de Camilla Läckberg se lisent très facilement, les chapitres sont courts et cela donne du rythme à l'histoire. A chaque fois je suis prise par l'enquête et je prends plaisir à en découvrir la résolution.

Comme d'habitude Erica se mêle de l'enquête sur laquelle travaille son mari, elle se met parfois dans des mauvais pas mais elle met aussi Patrik en rogne (cela ne dure pas).

J'avais deviné certaines choses mais quelques surprises à la fin ont mis un peu de piment dans cette enquête qui aurait mérité un peu plus de suspense.

Comme d'habitude j'aurai envie de lire le suivant quand il paraîtra en espérant qu'il détrône mon préféré qui reste L'enfant allemand.

L'avis de A propos de livres.

 

            Livre prêté
            par Camille, 
        la fille d'une amie

                Merci !       

          

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 17:51

                                    

Résumé : 
La plus grande course à pied jamais organisée à travers les Etats - Unis : c'est l'incroyable défi que lance Charles C. Flanagan, alors que le pays s'enfonce dans la crise de 1929. Sur la ligne de départ, à Los Angeles, ils seront plus de deux mille, venus de soixante pays. 5 063 km plus tard, quelques centaines seulement atteindront New York. Au fil des étapes, ils apprendront à se connaître, trouveront pour certains l'amitié, l'amour... 
Ensemble, ils iront au bout d'eux-mêmes.

 

Mon avis : 
Avant de vous parler de ce livre, je fais une petite parenthèse personnelle.
J'ai commencé cette lecture juste avant de partir à Rennes pour participer aux 10 kms de
Tout Rennes court avec ma soeurette, et ce même jour Galéa a publié sa super video sur les joggueuses du dimanche.

Durant cette lecture j'ai donc baigné à fond dans la course à pied à tous les niveaux et j'ai passé d'excellents moments.

Ce livre est formidable ! Je me demandais bien comment l'auteur pourrait m'intéresser à cette course de 5000 kms entre Los Angeles et New York, que dire sur des jours et des jours de course ?  Et pourtant... il se déroule de nombreux évènements en marge de cette course.
On suit la course, on découvre petit à petit les coureurs et leur vie d'avant.

Certaines phrases parlent à la petite coureuse que je suis "C'est toujours le rythme qui tue, jamais la distance". Pour le moment je ne cours ni très vite ni très longtemps... mais je ne désespère pas de progresser !

Dans cette histoire, il est bien sûr question de compétition mais aussi de solidarité, d'entraide et les relations qui se tissent entre les coureurs sont très fortes et certains passages poignants.

Les problèmes rencontrés par les organisateurs sont nombreux, on leur met des bâtons dans les roues car certains veulent que la course s'arrête, les finances sont précaires et indispensables à la poursuite de cette épopée.

Des fêtes, des kermesses, des défis jalonnent cette histoire lors des jours de "repos", les coureurs sont sollicités alors qu'ils devraient se reposer, mais ils tiennent le coup contre vents et marées.

Je ne pensais pas autant aimer ce livre et j'ai été déçue que cela s'arrête, je serais bien restée encore un peu avec les personnages.

Et demain matin je vais courir, allez hop !
 

L'avis de Galéa.

 

           Livre prêté
            par Marie.
                Merci !       

             

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai beaucoup aimé
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 17:55

                                     

Quatrième de couverture :
Claire, Juliette et Kader ont un peu plus de vingt ans et la vie les a déjà malmenés. Dans un contexte peu accueillant, ils se sont adoptés et ont fabriqué ensemble une nouvelle famille. L'arrivée de l'indomptable Tisha et les tourments enflammés de Monsieur Bréhel vont tout bousculer.

De Toulouse à Tunis, pris entre amour et amitié, ils se frôlent et se heurtent, mais tentent coûte que coûte de préserver leur tendresse et leur solidarité. Jusqu'au jour où la violence leur impose la mesure du réel.

Sauf quand on les aime ébauche le portrait d'une jeunesse silencieuse qui peine à se mettre au monde. Une jeunesse meurtrie en quête de liberté et d'avenir, confrontée au défi d'aimer.

Mon avis : 
Je vais avoir du mal à dire ce que je pense de ce roman.
Mon avis est mitigé, d'une part il se lit facilement et d'autre part je ne me suis pas beaucoup attachée aux personnages.

Certains passages sont très forts, notamment le début et la fin du roman. C'est l'entre deux qui m'a moins plu. Je n'ai pas tellement cru à cet amour que le vieux voisin ressent pour une des jeunes filles. En fait toutes les relations sont compliquées, leur vie est compliquée, leur avenir est incertain. 

En fait ce n'est pas très gai, je pense que c'est pour cela aussi que mon avis est mitigé.

J'avais beaucoup aimé Le vase où meurt cette verveine du même auteur.

 

Merci à Babelio et aux Editions Belfond.


         Catégorie verbe

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai moyennement aimé
commenter cet article
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 16:01

                                             

Quatrième de couverture : 
Après l'immense succès de L'Île des oubliés, évadez-vous avec Victoria Hislop pour Une dernière danse dans les ruelles de Grenade. Une odyssée familiale bouleversante prise dans les tourments de l'Espagne franquiste, une histoire d'amour passionnelle au coeur de la cité de l'Alhambra, un siècle de bruit et de fureur andalous.

Quand elle arrive à Grenade pour prendre des cours de danse, Sonia, jeune Londonienne, ne sait rien du passé de la ville. Une simple conversation au café El Barril va la plonger dans la tragique destinée des lieux et de ses habitants.

Dans les années 1930, le café abrite la famille Ramírez : trois frères aux idéaux opposés, une jeune soeur, Mercedes, passionnée de flamenco. Tandis qu'elle tombe sous le charme du gitan guitariste qui l'accompagne, l'Espagne sombre dans la guerre civile. Quel camp chacun va-t-il choisir ? Résistance, soumission, fuite ? Quels secrets et trahisons vont déchirer la fratrie à jamais ?

Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d'imaginer à quel point sa propre existence en sera bouleversée...

Mon avis : 
Une même famille qui vit plusieurs tragédies, c'est hélas possible en temps de guerre et c'est ce qui arrive à la famille Ramirez. Personne ne sera épargné, ni les parents, ni leurs quatre enfants Antonio, Ignacio, Emilio et Mercedes.

J'ai beaucoup aimé suivre les destins des différents personnages : lutte, fuite, emprisonnement... C'est ce que j'ai préféré.
J'ai un peu moins aimé les passages trop axés sur les détails des combats ayant lieu pendant la guerre civile. En revanche cela m'a drôlement rafraîchi la mémoire sur cette guerre.

De cet auteur j'ai adoré L'île des oubliés et beaucoup aimé Le fil des souvenirs.

 

 Livre du club de lecture
         avec mes copines

             

Après l'immense succès de L'Île des oubliés, évadez-vous avec Victoria Hislop pour Une dernière danse dans les ruelles de Grenade. Une odyssée familiale bouleversante prise dans les tourments de l'Espagne franquiste, une histoire d'amour passionnelle au coeur de la cité de l'Alhambra, un siècle de bruit et de fureur andalous.

Quand elle arrive à Grenade pour prendre des cours de danse, Sonia, jeune Londonienne, ne sait rien du passé de la ville. Une simple conversation au café El Barril va la plonger dans la tragique destinée des lieux et de ses habitants.

Dans les années 1930, le café abrite la famille Ramírez : trois frères aux idéaux opposés, une jeune soeur, Mercedes, passionnée de flamenco. Tandis qu'elle tombe sous le charme du gitan guitariste qui l'accompagne, l'Espagne sombre dans la guerre civile. Quel camp chacun va-t-il choisir ? Résistance, soumission, fuite ? Quels secrets et trahisons vont déchirer la fratrie à jamais ?

Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d'imaginer à quel point sa propre existence en sera bouleversée...
Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

Le dimanche des mères
    de Graham Swift      
 

Opération Napoléon
  de Arnaldur Indridason          
   (livre audio)                                                              

 

 

         

Sur Facebook :          
Les pages de lecture de Sandrine        
     

Emprunts à la bibliothèque

Romans
Le dimanche des mères     
    de Graham Swift

 

BD

L'été diabolik
    de Smolderen & Clerisse

 

DVD

Hippocrate  
Boomerang  

 

 

 

Challenges en cours

    

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture