19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 07:42

...

 

Quatrième de couverture :
C'est l'histoire d'un médecin malheureux, qui ne se rappelle plus comment soigner depuis que sa femme est partie. Il a décidé de mettre fin à ses jours le soir même.

En se jetant dans un taxi pour régler quelques affaires à l'hôpital, il fait la connaissance de sa mystérieuse conductrice : une vieille dame excentrique capable de deviner quand les gens vont mourir, juste en les regardant dans les yeux. Pour convaincre le Docteur de revenir sur sa décision, elle exige sept jours durant lesquels il devra se soumettre à toutes ses fantaisies.

Le compte à rebours est lancé jusqu'à l'échéance finale. Qui gagnera du désespoir ou de la joie de vivre ? Que s'est-il passé dans la vie de cet homme pour qu'il en arrive là ? Qu'a vécu cette femme pour qu'elle prenne aussi violemment le parti de la vie et du bonheur ?

Avec une poésie joyeuse et une grande émotion, Baptiste Beaulieu imagine une merveilleuse rencontre entre deux êtres qui cherchent à réenchanter le monde.

 

Mon avis : 
Ce n'était peut-être pas une très bonne idée de lire ce roman peu de temps après avoir découvert Joyeux suicide et bonne année de Sophie de Villenoisy (ici).
En effet, le sujet est similaire, j'avais beaucoup aimé Joyeux suicide et bonne année et le roman de Bapstiste Beaulieu est donc resté dans l'ombre du premier.

Et forcément j'ai tendance à comparer, je l'ai trouvé moins léger, moins drôle, se prenant plus au sérieux.

Mais la fin du livre et notamment une certaine lettre sont magnifiques et tout s'explique à ce moment. Une belle fin !

J'ai un deuxième livre de cet auteur qui m'attend, je vais le rendre à la bibliothèque et le réemprunter plus tard.

 

Livre emprunté à la

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai moyennement aimé
commenter cet article
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 13:18

...

 

Quatrième de couverture :
« Au temps d’avant, avant tout ça, avant ce que je vais raconter et le reste, c’était le bonheur, la vie sans se l’expliquer. Si l’on me demandait "Comment ça va ?" je répondais toujours "Ça va !". Du tac au tac. Le bonheur, ça t’évite de réfléchir. C’est par la suite que je me suis mis à considérer la question. » - G. F.

Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l’harmonie familiale s’est disloquée en même temps que son « petit pays », le Burundi, ce bout d’Afrique centrale brutalement malmené par l’Histoire.
Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d’orage, les jacarandas en fleur… L’enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

Mon avis : 
Je dois avouer que ce livre audio partait avec un certain handicap : je n'avais que moyennement aimé la version papier (ici) et de plus il est lu par son auteur, ce dont je ne raffole pas.

Et donc je n'ai pas réussi à le terminer, il faut dire aussi que je l'ai commencé juste après un coup de cœur et peut-être pas suffisamment longtemps après la version papier.

Ce n'est vraiment pas de chance pour ce livre audio mais si j'ai le temps avant la fin du prix Audiolib je pense que je vais refaireune tentative pour lui laisser une chance d'être mieux classé.

Prix Audiolib 2017

 

...

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans Je n'ai pas pu finir
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 16:21

...

 

Résumé :
Juliette quitte Paris pour passer quelques jours avec sa famille. Elle sera confrontée aux souvenirs de son enfance. Un vaudeville familial sous forme de roman graphique.

Mon avis : 
Juliette revient dans la petite ville de son enfance, elle est hébergée chez son père. Ses parents sont divorcés, elle a une sœur.
Juliette est dépressive et hypocondriaque et plutôt molle.

J'ai aimé cette histoire de gens plutôt ordinaires. 
Quelques rebondissements avec les frasques de sa sœur font sourire, l'histoire d'un caneton aussi ainsi que la relation entre les parents divorcés de Juliette.

De nombreux sujets sont abordés, éducation différente selon les enfants, la vieillesse, l'adultère, la communication dans la famille, les secrets de famille...

Les dessins sont assez doux avec des couleurs pastel.

Mais bon elle est quand même un peu momolle cette Juliette, j'avais souvent envie de la secouer. Pas sûr que ce séjour familial la fasse beaucoup changer.

C'est à la mode de dire que c'est un roman graphique pour moi c'est une grosse
BD ! 

Du même auteur j'avais beaucoup aimé la trilogie Rosalie Blum (ici)

Prix BD Cezam 2017

BD empruntée à la

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 07:11

...

 

Quatrième de couverture:
« La première chose que je vis d’elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu’enserrait la bride d’une sandale bleue… »
Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère agonise en accouchant d'un petit garçon.
Avec puissance et émotion, Adélaïde de Clermont-Tonnerre nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes new-yorkaises, de la tragédie d’un monde finissant à l’énergie d’un monde naissant... Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de ce roman tendu comme une tragédie, haletant comme une saga.
Vous ne dormirez plus avant de découvrir qui est vraiment « le dernier des nôtres ».

 

 

 

 

Mon avis : 
Je crois que je vais décerner aussi un coup de cœur pour le lecteur de ce livre, il est excellentissime !  Il donne vie de façon parfaite à tous les personnage et à l'histoire racontée dans ce roman. Cela confirme mon avis, à savoir que c'est un vrai métier de lire des livres audio. Les auteurs qui font le choix de ne pas lire eux-mêmes leur roman ont bien raison, je n'ai pas encore été conquise par un auteur qui lit son propre texte.

Je ne vais pas raconter l'histoire car la quatrième de couverture est parfaite (quand c'est bien il faut le dire).

L'auteur manie avec habileté le mélange du romanesque et de la grande histoire.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas écouté un livre audio que je n'avais pas envie de quitter, que je reprenais dès que j'avais un moment de libre et cela tombait bien car j'étais en vacances au moment où je l'ai écouté. J'ai dévoré ce livre ! Emotion, suspense, amour, trahison, surprise, un roman sans temps mort qui m'a emportée dès le début.

Une très belle réussite ! 

Il va falloir un sacré livre audio pour détrôner celui-ci de la première marche de mon classement.

Prix Audiolib 2017

...

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai adoré
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 18:00

...

 

Quatrième de couverture : 
Vous vous appelez Claire, vous avez quarante-huit ans, vous êtes professeur, divorcée. Pour surveiller Jo, votre amant volage, vous créez un faux profil Facebook : vous devenez une jeune femme brune de vingt-quatre ans, célibataire, et cette photo où vous êtes si belle n'est pas la vôtre, hélas. C'est pourtant de ce double fictif que Christophe -pseudo KissChris - va tomber amoureux. En un vertigineux jeu de miroirs entre réel et virtuel, Camille Laurens raconte les dangereuses liaisons d'une femme qui ne veut pas renoncer au désir.

Mon avis : 
Je classe ce roman dans ma catégorie "j'ai moyennement aimé" car j'ai aimé les deux premiers tiers et je n'ai pas aimé le dernier, ça fait une moyenne ....

Les deux premières parties nous font découvrir l'histoire de Claire qui crée un faux profil Facebook pour surveiller son amant par l'intermédiaire d'un de ses amis. Cela se lit vraiment facilement et j'ai bien accroché à ces deux parties.

La dernière partie m'a perturbée car l'auteur vient mélanger fiction et réalité, je ne savais plus trop où je me trouvais.
Je n'ai pas aimé avoir l'impression de ne plus rien comprendre.

L'auteur mène son lecteur en bateau et c'est plutôt bien fait même si je n'accroche pas trop à ce procédé.

Je suis quand même contente de l'avoir lu.

L'avis de Canel (ici)

 

Livre emprunté à la

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai moyennement aimé
commenter cet article
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 16:50

...

 

Résumé : 
L'Amérique, Jende Jonga en a rêvé, pour lui et sa famille. Quitter le Cameroun, changer de vie, devenir quelqu'un. Ce rêve, Jende le touche du doigt en décrochant un job inespéré : chauffeur pour un riche banquier de la Lehman Brothers. Au fil des trajets, entre le clandestin de Harlem et le big boss, va se nouer une complicité faite de pudeur et de non-dits.
Mais nous sommes en 2007, la crise des subprimes vient d'éclater. Jende l'ignore encore : en Amérique, il n'y a guère de place pour les rêveurs...
Drôle et poignante, l'histoire d'une famille camerounaise émigrée à New York. Porté par une écriture à la fraîcheur et à l'énergie exceptionnelles, un roman sur le choc des cultures, les désenchantements de l'exil et les mirages de l'intégration. Un pur joyau, par une des nouvelles voix afropolitaines les plus excitantes du moment.

Mon avis : 
Je viens de découvrir l'un des premiers titres reçus pour le prix Audiolib 2017 et je suis ravie car cela commence très bien.

Le lecteur est excellent, je l'avais déjà découvert ici et ici. Il est très fort pour faire les différentes voix et même celles avec des intonations africaines. Il me faisait sourire à chaque fois qu'il disait "Papa God ! ".

Jende et sa femme Neny (je n'en connais pas l'orthographe, c'est un des problèmes du livre audio) sont camerounais (comme l'auteur d'ailleurs), ils habitent maintenant Harlem. L'Amérique est comme le Graal pour eux mais ils n'ont pas de papiers officiels alors que leur désir le plus cher et de faire leur vie dans cette Amérique tant convoitée.

Jende trouve un travail de chauffeur tandis que sa femme étudie pour devenir pharmacienne tout en travaillant. Ils ont un petit garçon de six ans.

L'auteur décrit certainement ce qu'elle a elle même vécu ou ressenti car elle est venue aux Etats Unis pour ses études, elle y vit encore.

Un très beau roman sur les difficultés d'intégration, de régularisation des papiers.
Jende a pourtant un travail mais il n'est pas sûr de pouvoir rester, la situation est compliquée.

J'ai vraiment eu l'impression de vivre une tranche de vie à leurs côtés, j'ai appris à les connaître et à les aimer, cette famille est très attachante. On les suit dans leurs bonheurs et leurs difficultés. 
On voit aussi le contraste avec la famille dans laquelle travaille Jende, leurs difficultés qui ne sont bien sûr pas du tout les mêmes.

Un très très beau roman dont la version audio est vraiment très chouette.

L'avis de Valérie (ici)

Prix Audiolib 2017

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai beaucoup aimé
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 17:38

...

 

Quatrième de couverture :
Amours.
Nous sommes en 1908. Léonor de Récondo choisit le huis clos d'une maison bourgeoise, dans un bourg cossu du Cher, pour laisser s'épanouir le sentiment amoureux le plus pur - et le plus inattendu.
Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant. Rien ne destinait cette jeune fille de son temps, précipitée dans un mariage arrangé avec un notaire, à prendre en mains sa destinée. Sa détermination se montre pourtant sans faille lorsque la petite bonne de dix-sept ans, Céleste, tombe enceinte : cet enfant sera celui du couple, l'héritier Boisvaillant tant espéré.

Comme elle l'a déjà fait dans le passé, la maison aux murs épais s'apprête à enfouir le secret de famille. Mais Victoire n'a pas la fibre maternelle, et le nourrisson dépérit dans le couffin glissé sous le piano dont elle martèle inlassablement les touches.
Céleste, mue par son instinct, décide de porter secours à l'enfant à qui elle a donné le jour. Quand une nuit Victoire s'éveille seule, ses pas la conduisent vers la chambre sous les combles...
Les barrières sociales et les convenances explosent alors, laissant la place à la ferveur d'un sentiment qui balayera tout.

 

 

 


Mon avis : 
L'année 2017 commence bien pour moi côté lecture car voici mon troisième coup de cœur.

J'avais évité ce roman au moment où il était encensé sur de nombreux blogs à sa sortie car je ne suis pas toujours de l'avis de la majorité et parce que j'ai parfois du mal avec les romans publiés chez cet éditeur.

Et puis il m'a tendu les bras à la bibliothèque, j'ai survolé la quatrième de couverture et il m'a tenté.

J'ai beaucoup aimé l'écriture de Léonor de Récondo, elle nous raconte ici une belle histoire d'amour. 
Les personnages concernés sont malheureux et leur rencontre va rendre leur vie plus belle même si la situation est très compliquée d'autant plus que cette histoire se passe au début du vingtième siècle.

L'auteur écrit la rencontre de deux mondes, bourgeois et domestique, avec un double secret, celui d'une naissance et celui d'une relation. C'est beau, c'est tendre, triste aussi, c'est surtout magnifiquement écrit, tout en sensibilité.

Quel beau livre ! Je me suis régalée, j'ai bien fait d'attendre, peut-être que j'en aurais trop attendu en le lisant au moment où les avis fleurissaient sur ce roman.

 

Livre emprunté à la


 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai adoré
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 17:21

...

 

Quatrième de couverture : 
L’ouest sauvage, ce n’est pas que des shérifs, des cow-boys et des indiens sans foi ni loi.

L’ouest, c’est aussi des mexicains sans foi ni loi, même si, tout de même, Santiago et sa bande récitent les grâces avant de passer à table sans oublier de dire merci après avoir volé  la veuve l’orphelin.

Suivez Santiago, l’homme qui tire plus vite que ses santiags.

Mon avis : 
Je n'étais pas du tout attirée par cette couverture et je ne me souvenais plus du tout ce qui avait été dit sur ce titre lors de la présentation du prix BD Cezam 2017.

A ma grande surprise j'ai découvert une BD remplie d'humour et de gags avec Santiago et sa bande de rigolos. Ils ne sont pas très malins mais m'ont fait sourire à de nombreuses reprises, Ils sont souvent tournés en ridicule car ils ne sont pas très futés.

Je n'aime pas les westerns mais l'humour fait que j'ai bien aimé cette BD.

C'est pour moi une belle découverte !

BD du prix Cezam 2017

BD empruntée à la

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 11:20

...

 

Quatrième de couverture :
A la porte de Versailles, à l'inauguration du Salon du livre, vous rencontrez un type sympathique, lecteur pour une grande maison d'édition. Il sait que vous écrivez, vous lui montrez votre manuscrit, il en tombe dingue. Il le fait lire à quelques pointures de ses connaissances et tous sont unanimes : vous avez écrit un chef-d'oeuvre. Vous avez du mal à le croire, mais il vous rassure en vous citant Proust, Céline, Deleuze et votre vanité prend ses aises, radieuse. Vous vous apprêtez à signer un contrat quand le type disparaît. Vous appelez la maison d'édition. On vous apprend qu'il n'a jamais existé.

Mon avis : 
Voici un livre grinçant, caustique et ironique qui m'a fait passer un bon moment.

Kevin a une revanche à prendre sur ... son prénom car "Un Kevin ne peut pas, n'a pas le droit d'être un intellectuel. Il peut être prof de muscu, vendeur d'imprimantes, gérant de supérette, mais intellectuel - impossible " p. 26

Ou comment un prénom laisse entendre quelles sont vos origines sociales.

Certains passages font vraiment sourire car cela sonne très vrai, d'autres sont vraiment grinçants.
Le milieu de l'édition et de la radio sont mis à mal par l'auteur ainsi que l'ego des écrivains d'ailleurs...

J'ai aimé qu'il y ait des retournements de situation inattendus.

Une belle découverte, je ne connaissais pas du tout le nom de cet auteur dont ce n'est pourtant pas le premier roman.
 

Livre du club de lecture
avec mes copines

 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans J'ai bien aimé
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 17:38

...

 

Quatrième de couverture :
Le printemps dans le Grand Nord, une lumière qui obsède, une ombre qui ne vous lâche plus. À Hammerfest, petite ville de l'extrême nord de la Laponie, au bord de la mer de Barents, le futur Dubai de l'Arctique, tout serait parfait s'il n'y avait pas quelques éleveurs de rennes et la transhumance... Là, autour du détroit du Loup, des drames se nouent. Alors que des rennes traversent le détroit à la nage, un incident coûte la vie à un jeune éleveur. Peu après, le maire de Hammerfest est retrouvé mort près d'un rocher sacré. Et les morts étranges se succèdent.

En ville les héros sont les plongeurs de l'industrie pétrolière, trompe-la-mort et flambeurs, en particulier le jeune Nils Sormi, d'origine sami.

Klemet et Nina mènent l'enquête pour la police des rennes. Mais pour Nina une autre quête se joue, plus intime, plus dramatique. Elle l'entraîne à la recherche de ce père disparu dans son enfance. Une histoire sombre va émerger, dévoilant les contours d'une vengeance tissée au nom d'un code d'honneur implacable.

Après Le Dernier Lapon qui mettait pour la première fois en scène la police des rennes, Le Détroit du Loup, deuxième roman d'Olivier Truc, confirme ses talents de raconteur d'histoires et sa capacité à nous emmener sur des terrains insoupçonnés.

 

Mon avis : 
En commençant ce livre j'étais contente de retrouver Nina et Klemet les deux enquêteurs dont j'avais fait la connaissance dans Le dernier lapon (ici).

J'ai hélas retrouvé ici les longueurs que j'avais déjà notées dans le premier titre de l'auteur. Je n'ai pas réussi à persévérer et je n'ai lu que la moitié des 410 pages que contient ce roman. 

J'avais hâte de savoir ce qu'il en était du père disparu de Nina, évoqué dans la quatrième de couverture, à la moitié du roman toujours rien ....

J'ai été moins fascinée par le milieu glacial de cette histoire que lors de ma première découverte.

En ce moment j'ai besoin de lectures qui m'accrochent bien, je n'ai pas envie de me forcer, encore moins que d'habitude ( la moitié du livre ce n'est quand même pas si mal).

Livre du club de lecture
avec mes copines


 

Repost 0
Publié par Sandrine(SD49) - dans Je n'ai pas pu finir
commenter cet article

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

Maléfices 
    de Maxime Chattam        

 

Trop de bonheur
  de Alice Munro                    
   (livre audio)                                                                  

 

 

         

Sur Facebook :          
Les pages de lecture de Sandrine        
     

Emprunts à la bibliothèque

Romans
Hortense     
    de Jacques Expert

 

Cœur-Naufrage
  de Delphine Bertholon

 

DVD

Memento    

 

 

 

Challenges en cours

    

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture